Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 19:37

3e représentation de Roméo et Juliette et encore une nouvelle distribution. Cette fois-ci c’était Isabelle Ciaravola et Karl Paquette qui se glissaient dans la peau des amants de Vérone.

J’attendais beaucoup de la prise de rôle d’Isabelle Ciaravola et je n’ai pas été déçue !

 

Avant de commencer, il faut tout même signaler que les bloggeuses ont un grave problème de communication. Ainsi j’ai passé toute la représentation non loin d’Amélie sans la croiser ! La faute à celle (moi !) qui s’y croit avec son smartphone mais oublie de le regarder aux entre-actes.

 

Copie-de-P1030239.JPG

 

En tout cas, en milieu de parterre j’étais comme une reine. C’est que je n’ai pas l’habitude !! Merci à la personne qui m’a prêté sa place car du haut de mon deuxième balcon, le vertige me guettait !

 

Copie-de-P1030236.JPG

                                                                    Malory Gaudion 

 

Mais passons aux choses sérieuses. Plus je le vois et plus j’apprécie ce ballet, sa mise en scène, sa chorégraphie, sa musique qui vous reste dans la tête pendant des heures après une représentation… Selon les interprètes la chorégraphie peut prendre une toute autre allure. Ainsi après la grande et blonde Agnès, c’est la petite et brune Isabelle qui chaussait les pointes de Juliette.

L’étoile fut vraiment la reine de la soirée. Elle réussit très bien à restituer le côté adolescent du premier acte. Elle est joueuse, rieuse mais encore une enfant qui se soucis assez peut de son prétendant.

Sa rencontre avec Roméo va la transformer en jeune femme amoureuse et c’est là qu’Isabelle Ciaravola excelle. Elle forme de plus un joli couple avec Karl Paquette. On les sent complices. Les pas de deux sont aisés. Ils sont en confiance. Ils donnent un vrai souffle romantique à ces passages.

Individuellement, j’ai un peu plus de mal avec Karl Paquette. Enfin c’est toujours le même problème. Je le trouve toujours bon mais jamais génial. C’est totalement subjectif car je sais qu’il a beaucoup d’admiratrices.

 

Copie-de-P1030249.JPG

 

Le troisième acte certainement le passage le plus périlleux pour les deux interprètes principaux. Encore une fois, Isabelle Ciaravola a été magistrale. C’est dans ce passage que je l’attendais le plus et pourtant elle a réussit à me surprendre. On sent un tel désespoir chez elle lorsque sa mère et sa nourrice essaye de lui mettre sa robe, quand elle danse avec Pâris et ses parents…

Le moment que je retiendrais est celui où elle se réveille dans le tombeau des Capulet. En quelques seconde on la voit passer par tous les états possibles, la peur, l’effroi devant Pâris mort, la joie de retrouver Roméo, l’incompréhension face à son inertie et enfin la douleur immense de la perte…

Bravo à cette belle artiste.

Avant cela, Karl Paquette a su lui aussi être très convaincant dans la mort de son personnage. Cependant je ne m’étais pas assez attachée à lui précédemment dans le ballet pour être totalement emportée…

 

Du côté des seconds rôles, de bons moments mais un casting tout de même un peu dessous des deux précédentes représentations.

Fabien Révillon assure techniquement en Benvolio mais ne réussit pas rendre son personnage intéressant (seul Yann Saïz a réussit cet exploit pour l’instant !). Malory Gaudion a beaucoup de pêche en Mercutio. Il est léger avec une belle technique et une interprétation assez sympa. Globalement ce qui m’a manqué c’est une véritable cohésion dans le trop Roméo/ Benvolio/ Mercutio. C’est une chose la distribution de Florian Magnenet avait très bien su rendre. 

 

Copie-de-P1030235.JPG

                                                                     Vincent Chaillet

 

Difficile pour Vincent Chaillet de passer après le magnifique Tybalt de Stéphane Bullion (ce dernier est partit draguer la jeune sœur de la maison de Bernarda et malheureusement je ne le reverrai plus en Capulet d’ici la fin de la série). Le premier danseur s’en sort mais il lui manque encore un peu d’autorité ou violence, un petit truc en plus.

 

Florimont Lorieux a vraiment assuré techniquement en Pâris et à vrai dire on ne demande pas beaucoup au personnage. Je ne l’avais jamais vu dans un rôle de soliste et sa proposition m’a bien plu.

 

Laura Hequet était un peu éteinte en Rosaline mais cela fait tellement plaisir de la revoir sur scène…

 

Copie-de-P1030245.JPG

                                      Florimont Lorieux, Fabien Révillon, Malory Gaudion

 

En conclusion, une bien représentation avant tout portée par couple vedette. J’aurais la chance de revoir cette distribution le 25. D’ici là, portez-vous bien !

Partager cet article

Repost 0
Published by danse-opera.over-blog.com - dans Ballets opéra de Paris
commenter cet article

commentaires

Myriam 22/04/2011 14:05


J'ai lu avec attention tous tes commentaires !! Quelle chance d'avoir vu ces différentes distributions. J'ai assisté hier à ma première représentation de Roméo & Juliette, ballet que je ne
connaissais pas. J'ai adoré ! C'est un ballet magnifique, l'histoire, la musique, les costumes. J'ai eu la chance de voir la distribution Ganio/Pujol, avec Bullion/Heymann/Duquenne entre autres.
Que du beau monde. Ils ont tous été formidables. Très belle soirée.


Amélie 21/04/2011 15:59


Bon, pour la prochaine fois : Rv devant la statue bleue à l'entracte ;)

Moi aussi j'ai beaucoup aimé Isabelle, la reine de la soirée. Son second et troisièmes étaient magnifiques... Je reste moins convaincue par ses premières scène, je trouve qu'elle en faisait trop
dans le côté juvénile, et que ce n'était pas très naturel.


Présentation

  • : danse-opera
  • danse-opera
  • : Bonjour et bienvenue à tous. Ce blog est la continuité du skyblog danse-opera. Outre toutes les archives de comptes rendus déjà produits, vous y trouverez des critiques ou articles liés à la danse et en particuliers aux ballets de l'Opéra de Paris. Bonne visite!
  • Contact

Twitter

Recherche

Catégories