Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 17:59

Très rapidement un petit retour sur la soirée Béjart/Nijinski/Robbins/Jallet, Cherkaoui.

Pour sa dernière soirée mixte de la saison, l'Opéra de Paris avait choisis de rendre hommage aux ballets russes avec une pièce originale et quelques ré-interprétations.

La soirée s'ouvre avec l'Oiseau de Feu de Maurice Béjart. Une partition forte pour un ballet vraiment enthousiasmant. J'avais gardé de cette pièce le souvenir de quelque chose d'un peu vieillot. Impression totalement disparue cette fois. J'ai trouvé le ballet de Béjart très efficace. Les interprètes étaient investis et le groupe des partisans particulièrement impressionnant. Chaque personnalité ressortait avec force.

Au milieu de ce groupe gris, le flamboyant Mathias Heymann. Quel bonheur que de retrouver l'étoile aussi en forme. On le sent véritablement métamorphosé depuis son retour. Il est bien secondé par Allister Madin dans le rôle bref mais fort de l'oiseau Phoenix.

P1070913.JPG

 

On continue avec le seul ballet russe original de la soirée, l'Après-Midi d'un Faune. Véritable pièce de musée, le ballet de Nijinski m'a pourtant paru bien moins poussiéreux que lors de la précédentes soirée Ballets Russes de l'ONP. Il faut dire que Nicolas LeRiche officiait dans le rôle du Faune. Le danseur pourrait bien passer une demie assis sur scène qu'on ne s'ennuierai pas! A ses côtés la superbe Eve Grinsztajn décidément bien trop rare sur scène.

P1070919.JPG

En diptyque de ce Faune, l'Afternoon of a Faun de Jerome Robbins. Même musique et toujours un couple évoluant sur scène mais une ambiance bien différente. On se retrouve ici dans un studio de danse avec de danseurs se rencontrant à travers leur reflet dans le miroir. Hervé Moreau et Eleonora Abbagnato formaient un couple absolument superbe dégageant une belle harmonie. La confrontation de ces deux ballets était particulièrement intéressante. Au spectateur de chercher les points communs et petits clins d'œil entre les deux chorégraphies.

P1070924.JPG

La soirée se termine sur une nouvelle création du Boléro annoncée comme l'événement à ne pas rater. Pour moi ce fût surtout un très grand moment d'incompréhension. Le ballet est sympathique la scénographie assez impressionnante avec son grand miroir suspendu, ses éclairages hypnotiques... Mais où était la danse? Au milieu de tous ces accessoires je ne l'ai pas vue. Les éclairages en forme de neige de vieux postes TV m'ont brouillés la vue et vite perdue. J'ai eu l'impression de ne voire que des danseurs tourner en rond pendant un quart d'heure (je suis pourtant sûre qu'il n'y avait pas que ça!). Fin du ballet et acclamations hystériques du public qui a semble-t-il assisté au chef d'œuvre du siècle. Moi je reste assez dubitative!

P1070927.JPG

 

Pour conclure une très bonne soirée qui aurait néanmoins pu être amputée de sa création événement.

On se retrouve très vite pour un retour sur le Gala Noureev du 31 mai dernier!

 

Partager cet article

Repost 0
Published by danse-opera.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : danse-opera
  • danse-opera
  • : Bonjour et bienvenue à tous. Ce blog est la continuité du skyblog danse-opera. Outre toutes les archives de comptes rendus déjà produits, vous y trouverez des critiques ou articles liés à la danse et en particuliers aux ballets de l'Opéra de Paris. Bonne visite!
  • Contact

Twitter

Recherche

Catégories