Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 13:55

   

Me voici de retour après une longue pause forcée loin de l’Opéra. La période suivant les fête de fin d’année est en effet souvent assez creuse. Les affaires ont repris au mois de février avec le ballet/opéra de Pina Bausch Orphée et Eurydice.

Qui dit ballet/opéra dit tarif opéra. Les balletomanes se sont retrouvés bien pris au piège des tarifs prohibitifs en vigueur pour ce spectacle. L’occasion était donc donnée de faire chauffer son pass’jeune ou de s’aventurer dans des fonds de loges à visibilité plus que réduite et pas si bon marché que cela. L’occasion aussi de rire une nouvelle fois des récentes déclarations du directeur de l’ONP (reprises en cœur pas nombre de journaliste) sur la baisse des tarifs des places en cette période de crise.

C’est donc en troisième rang de baignoire mais toujours aussi motivée que j’ai assisté à cette dernière représentation de la série.

P1040875.JPG

 

Il faut tout de même avouer qu’Orphée et Eurydice est un ballet qui ne se manque pas. L’aspect opéra en allemand couplé à la danse contemporaine a semblé freiné quelques personnes. Grave erreur !

Le ballet de Pina Bausch est une vraie réussite tant au niveau de sa composition, sa musique ou sa chorégraphie.

Le rideau s’ouvre sur une scène de désolation avec Deuil. Eurydice est morte et le corps de ballet tout de noir vêtu traine sa peine. Ces mouvements d’ensemble des pleureuses sur le cœur chanté sont toujours assez saisissant.

Arrive Orphée campé par un Stéphane Bullion habité mais à la souffrance un peu trop intérieure au début. Il est très intéressant à voir aux jumelles mais l’émotion a un peu de mal à atteindre la salle.

Muriel Zusperreguy (Amour) de son côté apporte une touche de fraicheur bienvenue à cette partie. Une vraie interaction se créée entre les danseurs et leurs doubles chantés. Quelle bonne idée de positionner les chateurs sur scène. Cela apporte une vraie force à l’ensemble.

P1040876.JPG

 

Nous plongeons ensuite dans les enfers avec le tableau de la Violence. C’est notre première rencontre avec l’impressionnant cerbère à trois tête campé par Vincent Chaillet, Aurélien Houette et Vincent Cordier tous trois très charismatique. C’est un grand plaisir que de revoir le premier danseur en pleine frome après sa blessure hivernale. Il déploie une danse extrêmement puissante qui donne beaucoup de force au tableau.

Le corps de ballet est très investit et Stéphane Bullion plus ouvert commence à nous emporter dans son histoire.

 P1040883.JPG

Après le déchaînement des enfers place à la douceur et au calme avec Paix. Un tableau complètement planant qui laisse une très belle place au corps de ballet féminin. Les filles dansent très proches les unes des autres et pourtant toutes les individualités ressortent.

Puis arrive Marie-Agnès Gillot impériale en Eurydice qui semble être SON rôle. Elle en maîtrise tous les aspects et sait exactement comment faire passer l’émotion.

P1040894.JPG

Orphée et Eurydice se rencontrent enfin et partent main dans la main pour nous emmener vers le tableau final : la Mort.

Une grande toile blanche pour encadrer la scène et quatre personnages les Orphée et Eurydice chantés et dansés. Ce pas de deux est dans tout point magnifique et chacun des interprètes extrêmement convaincant. Marie-Agnès Gillot est investit à 200% quand Stéphane Bullion réussit à faire passer un vrai désespoir dans sa danse. Ensemble avec les chanteuses ils ont réussit à toucher le public au point de faire taire les toux persistantes du parterre !

Le « Ach, ich habe sie verloren » d’Orphée est l’un des moments les plus bouleversants du ballet. Même sans être amateur d’opéra on ne peut qu’être touché. La fusion danse/opéra atteint son apogée lorsque l’Orphée chanteuse prend dans ses bras l’Eurydice danseuse avant le retour en scène du corps de ballet en noir.

 

Au final une très belle soirée, pleine d’émotions, portée par l’ensemble de ses interprètes. Les places ont été difficiles à obtenir mais en valaient la peine.

 

Prochainement sur ce blog, je l’espère, un point sur les distributions des soirées Ek/Robbins et Bayadère.

Puis le site reprendra une activité plus intense avec environ 5 représentations de la Bayadère, du Robbins/Ek, du Manon...

A très vite !

Partager cet article

Repost 0
Published by danse-opera.over-blog.com - dans Ballets opéra de Paris
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : danse-opera
  • danse-opera
  • : Bonjour et bienvenue à tous. Ce blog est la continuité du skyblog danse-opera. Outre toutes les archives de comptes rendus déjà produits, vous y trouverez des critiques ou articles liés à la danse et en particuliers aux ballets de l'Opéra de Paris. Bonne visite!
  • Contact

Twitter

Recherche

Catégories