Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 15:25

C’est suffisamment rare pour être signalé. Cette semaine, le petit cinéma de m’a ville a décidé de se pencher sur la danse. Au milieu des Black Swan et Billy Eliott c’est glissé une unique diffusion des rêves dansants, sur les pas de Pina Bausch, documentaire d’Anne Linsel et Rainer Hoffman sortit le 13 octobre dernier. Par manque de temps, j’avais fait l’impasse sur ce film et c’était une belle erreur ! Heureusement que l’occasion m’a été donnée de me rattraper.

Première surprise en arrivant dans la salle : elle est presque pleine. Qui a dit que la danse n’intéressait personne ?

 

                                     pina.jpg

 

Mais il est difficile de qualifier Les rêves dansants comme un film sur la danse. Le concept est assez original, faire danser à des adolescents de 14 à 17 ans, Kontakthof, chorégraphie de Pina Bausch dansée en premier lieu par des professionnels, puis par des seniors il y a quelques années de cela.

 

Plus que la danse ou la chorégraphe, c’est donc l’adolescence qui est au cœur du sujet. Pendant 1h30 on voit ces jeunes gens vivre, évoluer, s’amuser, se décourager… Ils nous parlent de leurs vies (pas toujours faciles), leurs joies, leurs peines, leurs espoirs. Le tout ramené dans le contexte de ces répétitions.

Des jeunes gens qui, de leur propre aveu ne se seraient peut être jamais parlé en temps normal s’unissent ici autour d’un même projet.

 

                    pina2.jpg

 

Il est très intéressant de voir leur évolution tout au long du documentaire. En arrivant, peu d’entre eux connaissaient Pina Bausch et ses chorégraphies. Certains n’avaient mêmes jamais mit les pieds dans une salle de danse. Ils sont maladroits, n’osent pas se toucher, se lâcher et pourtant ils en ont des choses à dire.

 

Petit à petit on voit toutes ces individualités se transformer en groupe soudé. Ils croient vraiment en ce qu’ils font malgré les moments de découragement. Le contraste entre les premières répétitions et la représentation finale est assez saisissant et rend le tout vraiment émouvant.

Evidemment, quelques personnalités ressortent du lot comme la jolie Joy qui se voit attribué le rôle phare de la pièce ou encore Kim qui participe à l’une des scènes que j’ai préféré où (dans le cadre de la pièce) elle se fait consoler par tout un tat de garçons.

 

                                 pina3.jpg

 

Les répétitions sont supervisées par deux marraines-fées Jo-Ann Endicott et Bénédicte Billiet anciennes danseuses de Pina Bausch qui font preuve d’une patience d’ange et d’une grande empathie envers les jeunes. Le tout sous le regard bienveillant de Pina Bausch peu bavarde mais très juste. Elle sait qu’elle ne peut pas faire de ces ados des danseurs professionnels en quelques mois mais cherche tout de même à faire un travail de qualité. Elle veut faire ressortir le meilleur d'eux et se montre d’une grande générosité. La scène finale où elle offre à chacun une rose avant de disparaitre dans les coulisses m’a beaucoup touchée.

 

Un bien beau film plein d’émotion, d’humour et d'humanité qui sortira très bientôt en DVD et que je vous invite à voir ci se n’est déjà fait !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by danse-opera.over-blog.com - dans Autre
commenter cet article

commentaires

Le petit rat 26/03/2011 08:27


et même déjà en vente à l'Opéra!


Présentation

  • : danse-opera
  • danse-opera
  • : Bonjour et bienvenue à tous. Ce blog est la continuité du skyblog danse-opera. Outre toutes les archives de comptes rendus déjà produits, vous y trouverez des critiques ou articles liés à la danse et en particuliers aux ballets de l'Opéra de Paris. Bonne visite!
  • Contact

Twitter

Recherche

Catégories