Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 18:53

Comme promis, voici un petit retour sur la représentation du 28 octobre.

Alors qu’une grande partie de troupe était partie en tournée à Biarritz, ce sont les petits jeunes qui ont prit le pouvoir sur la scène du Palais Garnier vendredi dernier.

Au programme, Charline Giezendanner que l’on avait plus vu sur le devant de la scène depuis la Petite danseuse de Degas, dans le rôle de Naïla, le très en vogue Florian Magnenet en Djemil, Laura Hecquet revenue d’une longue blessure en Nourreda et pour finir, le tout nouveau sujet Allister Madin en Zaël.

 La soirée était donc placée sous signe de la nouveauté et de la fraicheur.

 

Copie-de-P1040463.JPG

 

Florian Magnenet campe un Djemil plutôt sympathique. Il monte bien mieux à la corde Karl Paquette qui (lorsque je l’ai vu) laissait ses jambe pendre pendant la montée. Merci pour la crédibilité. Djemil est très fort mais quand même. Le premier danseur n’est pas techniquement plus intéressant que l’étoile. Il faut dire que les variations de ce personnage ne sont pas particulièrement valorisantes. Néanmoins, les belles lignes de Florian Magnenet font passer le tout.

Du côté des caucasiens, Christophe Duquenne campe un très bon Mozdock même s’il n’a pas le tranchant de Vincent Chaillet dans sa danse. Il campe un vrai grand frère, plus protecteur et moins violent que son collègue premier danseur.

 

Copie-de-P1040467.JPG

 

La Nourreda de Laura Hecquet était très attendue mais ne m’a pas totalement convaincue. Sa danse est d’une très belle qualité, ses lignes toujours aussi belles mais le tout demeure trop froid, trop lointain. Cela peut passer au premier acte où la jeune femme est censée être nostalgique et un peu « ailleurs ». Ca l’est moins au second où ne sent pas d’évolution. Le jeu n’est pas assez clair et l’on n’est pas touché par le sort de la pauvre jeune femme. Sa tristesse après avoir été rejetée par le Khan n’est pas assez évidente et on a du mal à être ému.

Passons maintenant au royaume des nymphes. Charline Giezendanner campe une Naïla tout à fait charmante. Elle est mutine à souhait et rend l’histoire tout à fait limpide. Elle a en plus développé une belle complicité avec Florian Magnenet et leur pas de deux était très plaisant. Mais le vrai pas de qui m’a touché est celui de Naïla et du Khan très bien campé par Emmanuel Hoff. Tout était très fluide et les portés spectaculaires. Les passages où la jeune femme se jette dans les bras de son partenaire étaient particulièrement bien réalisés et impressionnants.

 

Copie-de-P1040474.JPG

 

Au côté de l’esprit de la Source, Allister Madin se révèle très convaincant en Zaël. Sa technique est très assurée même si malheureusement, le fait d’avoir vu Mathias Heymann la veille n’est pas à l’avantage du sujet. Toutefois, prise individuellement, sa prestation était de haut et enthousiasmante. Il a également fait preuve de belles qualités interprétatives qui nous donnent envie de la revoir dans un rôle de plus grande importance.

Tout cela nous amène à la conclusion du ballet. Ces dernières scènes qui m’ont parue si longues lors d’autres soirées étaient ici un pur bonheur. Charline Giezendanner était certainement la plus émouvante  des Naïla. L’histoire, l’hésitation de la nymphe, sa résignation, la douleur de son amour à sens unique, étaient ici limpide. Les quatre interprètes ont rendus se passage extrêmement touchant et mettait totalement en valeur le fait que malgré sa perfection technique, la première distribution (celle qui sera filmée, et donc qui restera) manquait cruellement d’émotion sur la fin.

 

Copie-de-P1040478.JPG

 

Bravo donc aux petits jeunes qui s’ils n’étaient pas encore tout à fait rodés, pas parfait techniquement, ont réussit à véritablement donner vie à cette histoire et à lui apporter ce dont elle avait besoin, de l’engagement et de l’émotion.

Partager cet article

Repost 0
Published by danse-opera.over-blog.com - dans Ballets opéra de Paris
commenter cet article

commentaires

Amélie 07/11/2011 08:59


Pour ma part, cette distribution m'a surtout plu pour Laura Hecquet, que j'ai trouvé très juste tout au long des deux actes. J'étais très près de la scène aussi, ça aide.
Charline Gizendanner ne m'a pas du tout convaincue. Je ne l'ai a aucun moment vu comme une soliste, elle s'est complètement laissée dominer par le ballet. Et elle n'a pas aidé par Magnenet, que
j'ai trouvé très fade. Bref, soirée plus mitigée pour moi.


danse-opera.over-blog.com 07/11/2011 13:46



En même temps nous n'avons pas vu la même représentation. Par exemple j'ai trouvé Laura Hecquet bien meilleure la seconde fois que je l'ai vu (le 3). Elle était certainement stressée par sa
première.


Pour Charline Giezendanner, on va dire que c'est chacun ses goûts! :)



Présentation

  • : danse-opera
  • danse-opera
  • : Bonjour et bienvenue à tous. Ce blog est la continuité du skyblog danse-opera. Outre toutes les archives de comptes rendus déjà produits, vous y trouverez des critiques ou articles liés à la danse et en particuliers aux ballets de l'Opéra de Paris. Bonne visite!
  • Contact

Twitter

Recherche

Catégories