Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 15:22

Après tant d'attente, voici quelques impressions sur cette reprise de la Bayadère.

Tout d'abord une impression toute simple, ça fait énormément plaisir de voir ce ballet sur scène. Les décors sont somptueux, il y a une profusion de costumes... La Bayadère est un classiques parmis les classiques. Sans l'avoir jamais vu en "live", on connait forcément ses extraits, sa musiques et ses passages attendus.

Les voir en vrai pour la première fois, ça fait quelque chose. On a l'impression de connaitre et en même temps on découvre.

Le ballet est profondément encré dans les gènes de l'Opéra de Paris. Il s'agit en effet du dernier ballet qu'a remonté Rudolf Noureev avant sa mort en 1993.

Cette année, le pari a été fait de remonter l'oeuvre dans le lieu qui l'a vu naitre, le Palais Garnier. Une très bonne idée au départ qui c'est vite transformer en véritable cacophonie tant les spectateurs ont eu des difficultés à obtenir les précieuses places. Quelques représentations de plus n'auraient pas été du luxe.

 

agnes-jose.jpg


La première distribution mettait en scène un couple éprouvé, Agnes Letestu et José Martinez, duo mythique du ballet d'aujourd'hui.
Agnes Letestu est une belle Nikiya. Elle n'est peut être pas assez fragile au premier acte mais a été très touchante lors de la variation du serpent. On peut voir tout son désespoir lorsque 'elle voit Solor fillancé à Gamzatti, son espoir face à la corbeille de fleurs et sa détresse lorsque Solor ne revient pas vers elle maglré sa mort imminente. Tout est limpide et même sans connaitre l'ihtoire on la comprend.
José Martinez est trop prince pour jouer le guerrier. Il ne semble pas vairment concerné par les deux femmes. La technique est impécable.
Emilie Cozette est la bonne surprise de la soirée. Si elle n'est pas assez imposante lors de la confrontation avec Nikiya elle est très sure au niveau de sa technique à l'acte 2. Très convaincante, bravo!

emilie.jpg
Du côté des seconds rôles, Mathias Heymann a brillé (c'est le cas de la dire) en idole dorée. C'est génial que malgré son statut d'étoile on le distribue quand même dans ce rôle qui semble taillé pour lui. Et puis quand on voit que les compagnies russes peuvent aligner des étoiles dans les solistes des ombres, on se dit qu'une distribution où même ce petit rôle est assuré par une étoile a un certain cachet.

Mathilde Froutey est très belle dans la danse Manou mais pas assez mutine ni joueuse.
Sabrina Mallem et Audric Bezard détonnent dans la danse indienne.

Le 3e acte est une merveille. Cette descente des ombres, quelle beauté. Elle a quelque chose de magique.
Les 3 solistes sont très bonnes techniquement mais il manque quelque chose. Pas "wouahou"! Elles sont un peu en retrait.

Agnes Letestu et José Martinez sont magnifiques même si on a parfois l'impression de voir Diamant.
Le 3e acte reste de toute façon un grand moment et termine en beauté cette soirée pleine d'émotion.


Partager cet article

Repost 0
Published by danse-opera.over-blog.com - dans Ballets opéra de Paris
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : danse-opera
  • danse-opera
  • : Bonjour et bienvenue à tous. Ce blog est la continuité du skyblog danse-opera. Outre toutes les archives de comptes rendus déjà produits, vous y trouverez des critiques ou articles liés à la danse et en particuliers aux ballets de l'Opéra de Paris. Bonne visite!
  • Contact

Twitter

Recherche

Catégories