Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 10:47

Retour au Palais Garnier après un petit mois d’absence pour le gala du Tricentenaire de l’Ecole de Danse de l’Opéra de Paris.

Après le si triste gala Noureev le mois dernier on pouvait craindre le pire. Et on était mauvaise langue ! L’AROP avait mis les petits plats dans les grands avec tapis rouge sur le parvis du Palais Garnier, fleurs dans les escaliers et la salle et tenue de soirée de rigueur. C’est donc amusée que toute la clique des blogueurs/twitteurs s'est retrouvée dans leurs plus beaux habits à admirer tous ces gens de bonne compagnie.

P1070605.JPG

Mais, même si ce n’était pas le cas d’une partie du public, j’étais avant tout là pour la danse. Et justement qu’a-t-on vu lors de cette soirée si spéciale ? Et bien, une belle évocation de la danse dans son ensemble. Si les pièces présentées étaient inégales, elles représentaient un joli voyage à travers l’histoire de ce style classique français qui a tendance à se perdre au fil des ans (un seul grand classique l’an prochain à l’ONP, j’ai toujours du mal à m’en remettre !)

Le programme démarre avec d’Ors et Déjà, une création de Béatrice Massin et Nicolas Paul. Le rideau s’ouvre sur une image assez émouvante d’un Louis XIV évoluant dans le silence puis laissant sa place à un large corps de ballet masculin. Belle évocation des tous des débuts de la danse classique et des danses de cour entrecoupées de passages plus contemporains. Un mélange des genres qui surprend et demande un petit temps d’adaptation mais qui finit par marquer et laisser un souvenir fort.

P1070610.JPG

On continue notre parcours dans l’histoire avec La Nuit de Walpurgis, ballet extrait du 5e acte de Faust et remonté par Claude Bessy, figure incontournable de l’Ecole de Danse. Cette petite curiosité composée pour un corps de ballet exclusivement féminin cette fois est très agréable à suivre. La pièce laisse une large place aux solistes pour s’exprimer et toutes les jeunes ont brillées que ce soit en solo ou dans les parties corps de ballet particulièrement dynamiques.

P1070617.JPG

La première partie se concluait avec une pièce de Pierre Lacotte pour danseurs et étoiles du corps de ballet de l’ONP. Le ballet faisait très « fait pour les galas » avec quatre couples de corps de ballet et un couple de solistes. On y voyait un parfait hommage à la danse classique et au style français. Pourtant j’ai eu du mal à m’y passionner. Je n’ai pas envie de dire que c’était « trop classique », ce serait un comble ! Mais peut-être était-ce trop déjà vu et pas assez original. On sentait de plus un petit manque de répétition au niveau des quatre couples en bordeaux, pas toujours très synchronisés. Le couple central formé par Mathieu Ganio et Ludmila Pagliero était en revanche très au point et a été chaleureusement applaudit.

P1070620.JPG

On passe ensuite sur le long entre acte, son champagne et ses petits fours (si difficiles d’accès) pour arriver à la deuxième partie et le ballet de Jean-Guillaume Bart Péchés de Jeunesse. Effet du champagne qui endort ? Je me suis assez ennuyée. La chorégraphie mettait pourtant très en valeurs les jeunes danseurs qui ont su lui donner un vrai souffle. On pouvait déplorer un petit manque de rythme et trop de longueurs.

P1070634.JPG

La série de ballets se terminait ensuite par Aunis, une pièce plus contemporaine de Jacques Garnier pour trois danseurs accompagnés de deux accordéonistes. Vue pour la première fois lors d’une soirée jeunes danseurs, Aunis et un ballet que j’ai adoré redécouvrir. Il s’en dégage une grande énergie et surtout beaucoup de vie. C’est court, bien construit et formidablement porté par Simon Valastro, Mickaël Lafon et Axel Ibot. Un très bon moment qui clôturait la soirée sur une bouffée d’air frai.

P1070638.JPG

Enfin la soirée n’était pas totalement finie !

Comme vraie conclusion nous avons eu droit au toujours si impressionnant et émouvant Défilé du Ballet de l’Opéra de Paris.

Je dois dire que je l’ai trouvé beaucoup plus fort présenté en fin de soirée qu’en début. Cela a un sens lors de l’ouverture de saison. On commence par cela pour retrouver le corps de ballet. Mais pour ce type d’événement c’est une belle conclusion d’une bonne soirée.

  P1070646.JPG

                                                                Eleonora Abbagnato

Après cette démonstration de danse il était émouvant de revoir tout l’Opéra, aussi bien les petits rats que le corps de ballet, se présenter fièrement ainsi.

                   P1070649.JPG

                                                    Isabelle Ciaravola

Il s’agissait du tout premier défilé d’Eleonora Abbagnato avec son diadème d’étoile. La belle italienne a été particulièrement applaudie tout comme Myriam Ould-Braham qui la suivait. La jeune étoile a elle aussi reçue l’ovation qu’elle méritait ainsi qu'Isabelle Ciaravola dont c’était pour le coup le dernier Défilé (quelle tristesse…). La palme de la classe revient toujours à la Reine Agnès. Aura-t-elle, elle, droit à son propre Défilé pour ses adieux ? Si ce n’est pas le cas c’était donc la dernière fois qu’elle fermait la marche des femmes.

P1070655.JPG

                                                                           Agnès Letestu

Puis c’était au tour des garçons, sans Josua Hoffalt mais avec de nouveau Mathias Heymann qu’il était plaisant de voir si heureux.

P1070662.JPG

                                                                          Mathias Heymann

Pour fermer la marche, Nicolas LeRiche, dont on profite chaque fois des apparitions sur scène même furtives.

P1070668.JPG

                                                                         Nicolas LeRiche

Un Défilé qui a tout de même réveillé le public (bien aidé par les balletomanes qui se sont improvisés chauffeurs de salle) qui a demandé 3 rappels lumières allumées.

 P1070675.JPG

      Benjamin Pech, Aurélie Dupont, Nicolas LeRiche, Agnès Letestu, Mathieu Ganio, Laétitia Pujol

En conclusion une très belle soirée rendant vraiment hommage à l’Ecole de Danse et laissant une vraie impression de fête.

 

Prochain rendez-vous en cours de semaine prochaine avec un retour sur la 3e symphonie de Malher. A mon très grand regret je n’ai pas vu la 1ère distribution mais espère que les deux autres réserveront de bonnes surprises. 

Partager cet article

Repost 0
Published by danse-opera.over-blog.com - dans Ballets opéra de Paris
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : danse-opera
  • danse-opera
  • : Bonjour et bienvenue à tous. Ce blog est la continuité du skyblog danse-opera. Outre toutes les archives de comptes rendus déjà produits, vous y trouverez des critiques ou articles liés à la danse et en particuliers aux ballets de l'Opéra de Paris. Bonne visite!
  • Contact

Twitter

Recherche

Catégories