Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 14:26

Après sa prise de rôle de dernière minute au début du mois, j'étais assez impatiente de revoir le Basilio de François Alu dans de meilleures conditions (pour lui! car de mon côté, ma place de parterre du 9/12 m'a bien manquée quand j'ai dû m'assoir au fin fond du 2e balcon!). La distribution du jour était de plus particulièrement attrayante avec Alice Renavand dans le rôle de Kitri.

Beaucoup se posaient des questions sur les capacités de la première danseuse à assurer un rôle classique. De mon côté je l'ai vu sur scène pour la première fois alors qu'elle n'était que sujet et dansait... la danseuse de rue dans ce même Don Quichotte. Aussi j'avais tous les espoirs du monde à la découvrir dans le rôle titre.

P1070109.JPG

Et dès son entrée en scène, les étincelles jaillisses! Une première variation fougueuse, un jeu sûr, sa Kitri est pleine de charme et de vie. On la sent très à l'aise en campant une Kitri très femme mais chipie juste ce qu'il faut. Elle possède complètement la scène. Du haut de mon perchoir je pouvais sentir toute l'énergie qui se dégageait de la scène.

François Alu de son côté se montre à la hauteur de sa réputation. Pirouettes, sauts, tout est là! Et après une prestation très terne assurée par deux étoiles quelques jours auparavant (sur laquelle je ne suis toujours pas revenue d'ailleurs!) tant de passion et d'enthousiasme font plaisir à voir.

Difficile tout de même de totalement croire à l'histoire d'amour qui nous est racontée. Les deux danseurs faisaient plus penser à deux amis ou un frère et sa grande sœur. Ca ne gâche pas le plaisir pour autant. Bien exécuté, avec fraicheur et énergie, ce premier acte passe à vitesse grand V. A noter également Laura Hecquet, vraiment surprenante en danseuse de rue particulièrement charmeuse.

P1070111.JPG

Le deuxième acte est toujours aussi efficace, avec une scène des gitans qui emporte n'importe quel public malgré un éclairage très faible qui curieusement est moins handicapant vu d'en haut qu'au parterre. Alister Madin domine complètement ce passage par sa fougue et son charisme.

Alice Renavand s'est montrée étonnante de lyrisme dans la scène de la vision. La Reine des Dryades d'Amandine Albisson était en revanche un peu sèche dans sa variation mais a su évoluer au fil des représentations.

P1070112.JPG

Le 3e acte débute avec une tonitruante scène de la taverne dans laquelle chaque interprète s'en donne à cœur joie. On appréciera le faux suicide très drôle de François Alu et la confrontation Gamache Don Quichotte toujours très réussie au fil des représentations.

La scène du mariage est enlevée avec panache. N'ayant pas vu leur première je ne peux pas comparer mais l'adage d'Alice Renavand et François Alu est apparu très sûr techniquement. Les variations étaient véritablement enthousiasmantes tout comme la coda.

P1070113.JPG

Alice Renavand a véritablement prouvé qu'on pouvait lui faire confiance dans le répertoire classique. J'espère que (à l'instar de Vincent Chaillet), la direction pensera à l'y distribuer plus souvent. François Alu de son côté confirme qu'il est définitivement le petit jeune à suivre. Sa danse est totalement enthousiasmante. On aimerai voir des prestations comme celles-là plus souvent ! Il a y de plus une grande intelligence dans son interprétation. On se langui déjà de ses prochaines prestations.

Pour conclure, une représentation dont on ressort avec un large sourire et l'envie d'y retourner (dommage c'était leur dernière). Voilà de beaux interprètes qui donnent véritablement vie à un ballet...

A suivre: voilà je rattrape petit à petit mon retard! A suivre, un retour sur la distribution Gilbert/Paquette, probablement le jour de la diffusion télé. Puis Forsythe/Brown pour terminer!

Partager cet article

Repost 0
Published by danse-opera.over-blog.com - dans Ballets opéra de Paris
commenter cet article

commentaires

a. 04/01/2013 10:41

je suis allée à la matinée du 23. Je précise que j'ai adoré! surtout le premier acte très vibrant, que j'ai trouvé Renavand très belle, sensuelle, espiègle, très Kitri! Je suis ravie aussi d'avoir
découvert Alu, pour la première et certainement pas dernière fois : j'étais scotchée à mon fauteuil à chacune de ses apparitions dans les variations garçons. Je lui ai trouvé pas mal d'esprit aussi
(surtout dans les petits jeux de pieds). Ce que j'ai surtout apprécié c'est leur naturel, pas de jeu forcé etc.
Mais lors de l'adage de l'acte 3, j'étais crispée! (de même le début de la variation de Dulcinée - problème d'équilibre dans les attitudes) Je ne leur jette pas la pierre! je ne crois pas que je
pourrai même essayer de danser un truc pareil!!! c'est si dur - mais je tenais juste à tempérer l'idée que l'adage est passé comme une lettre à la poste. Je garde des souvenirs d'une plus grandes
fluidité chez d'autres danseurs... et comme vous le dîtes, ils se sont retrouver là sans avoir le temps de s'ajuster l'un à l'autre...
Finalement je crois que j'ai eu beaucoup de chance avec cette distrib, c'était peut-être l'une des meilleures, mais je persiste à dire que tout n'était pas hyper ordonné ni aisé, quand bien même
chacun d'eux était cohérent avec le rôle, naturel et ... joyeux!

a. 03/01/2013 10:29

je ne suis pas entièrement d'accord avec vous - autant j'ai vraiment beaucoup aimé le premier acte, autant j'ai trouvé que Renavand se "dégradait" au fur et à mesure du ballet... il faut dire que
c'est un tel marathon! Et dans l'adage du III, je tremblais de peur et de stress pour eux, on sentait tellement leur tension! par ex. dans la promenade équilibre tenue à l'épaule ou dans la
promenade penchée arabesque (la deuxième) ou encore dans le fait que Alu se précipitait de peur de rater sa partenaire... Mais les variations solos furent réussies, c'est vrai - peut-être était-ce
une pb de réglage entre eux? après tout, leur couple était assez imprévu... et je doute qu'ils aient souvent l'occasion de danser ensemble!

danse-opera.over-blog.com 03/01/2013 22:50



A quelle représentation asez-vous assisté? (quelle date?).


L'adage ne m'a pas semblé spécialement fébrile. Après du haut du deuxième balcon c'est vrai qu'on ne voit pas les détails et je serai incapable de dire si Alice Renavand était tremblante...


Et c'est vrai que le couple n'était pas des plus assortis. François Alu était bien mieux avec Mathilde Froustey! Mais ce sont les valses des distributions et les blessure qui nous ont amenées au
couple Alu/Renavand. Je ne pense effectivement pas que ce partenariat sera renouvellé!



Cyril 02/01/2013 16:45

je partage cette analyse!
un excellent moment!

par contre, et comme souvent, des pb de musicalité avec des petits décalages musique/danse (quelques retards ou anticipations) qui me font toujours un peu cligner les yeux :)

Présentation

  • : danse-opera
  • danse-opera
  • : Bonjour et bienvenue à tous. Ce blog est la continuité du skyblog danse-opera. Outre toutes les archives de comptes rendus déjà produits, vous y trouverez des critiques ou articles liés à la danse et en particuliers aux ballets de l'Opéra de Paris. Bonne visite!
  • Contact

Twitter

Recherche

Catégories