Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 14:27

Me revoilà !

 

Cela fait presque un mois que je n’ai pas fait de « vrai » article sur ce blog et je m’en excuse !

J’ai été absolument débordée de travail !! Le problème quand on bosse pour un débat public c’est que les réunions publiques ont forcément lieu… le soir, de préférence les jours où on devait aller au spectacle sinon ce n’est pas drôle. Du coup une seule séance de Bolchoï pour moi mais on ne va pas se plaindre. C’est déjà bien d’avoir eu une place.

 

Mais bon maintenant, le débat est clôt, les lignes à grandes vitesses (presque) tracées, je vais donc avoir un peu plus de temps pour moi.

 

Copie-de-P1030355.JPG

 

On recommence donc avec cette fameuse représentation du 12 mai.

 

La venue du ballet du Bolchoï au Garnier était un peu the événement of the year. On n’aura jamais autant parlé de ballet dans les journaux cette année (promo de Black Swan mis à part). Les places se sont arrachées. Tout le monde voulait en être.

 

Il y a quelques saisons de cela pour la dernière venue de la troupe à Paris, je m’étais retrouvée le bec dans l’eau, sans place. Je me rappelle encore le tag désespéré d’un balletomane sur les panneaux de travaux du parvis de Garnier « cherche place Bolchoï s’il vous plait 06 xx xx … ». Promis ce n’était pas moi mais je n’en n’étais pas loin !

 

Cette année je m’étais assurée deux représentations avec l’AROP. Comme il faut bien travailler pour se payer les places j’ai été contrainte de revendre celle du 5.

 

La représentation du 12 ne présentait pas les grandes stars de la tournée. Je ne pourrais donc vous dire si c’était mieux, moins bien, plus si, moins ça…

En tout cas c’était une très belle soirée.

L’occasion de découvrir une compagnie qui fait figure de mythe dans la tête de la petite balletomane parisienne. L’occasion également de voir de nouvelles versions de ballets que l’on connait par cœur et d’autres façons de les danser.

 

Copie-de-P1030356.JPG

 

Le Bolchoï est une compagnie pleine de vie. On sent chaque danseur très heureux d’être sur scène. Une vraie énergie se dégage du ballet.

 

Le premier acte est certainement celui qui m’a le plus emballée. Cela faisait longtemps que je n’avais pas vu Don Quichotte et il était plaisant de retrouver cette Espagne en carton pate.

Ici les danses de caractères sont très présentes avec un corps de ballet féminin en chaussures et non sur pointes.

Les amies de Kitri étaient formidables. Très ensembles avec une belle danse. Leurs courts passages en scènes étaient un bonheur.

Ekaterina Shipulina est tout ce qu’on attend d’une Kitri. Sa danse est archi précise, elle s’applique dans la comédie et le tout passe avec plaisir. Fasse à elle Alexandr Volchkov montre également de très belles choses en Basilio. J’imagine qu’après la tornade Vassiliev il a dû être difficile d’enchaîner mais le principal russe est loin de démériter. Bien sûr on peut lui reprocher un porté un peu fébrile et quelques petits défauts mais si certains danseurs parisiens pouvaient faire ce type de prestation chaque soir, ça m’irait très bien ! Je ne saurais dire pourquoi, ce danseur m’est sympathique ! J’ai bien adhéré à son personnage.

 

Mais LE grand moment de l’acte 1 était sans conteste aucun la danse des toréadors emmenée par un détonnant Andreï Merkuriev. Le soliste est vraiment ma révélation de la soirée. Il a emporté ce passage avec une fouge et un charisme impressionnant. Il était très bien secondé par le corps de ballet masculin et sa danseuse de rue Anna Okuneva. C’est simple pendant ce passage, j’avais l’impression d’être une gamine découvrant Disneyland !

 

Au deuxième acte le soufflet retombe un tout petit peu. Place aux danses de caractères. C’est certes moins impressionnant mais ça n’est pas pour me déplaire. La danse avec les castagnettes était assez envoutante et celles de la danseuses à la robe rouge (ou la no colonne vertébrale dance) assez impressionnante de maîtrise.

Volchkov c’est montré excellent dans la scène de son faux suicide. C’est vraiment le genre de passage où il faut jouer le jeu à fond sinon ça devient vite ridicule ! Là c’était très efficace.

 

La scène des Dryades m’est apparue comme un point faible du ballet… Les costumes, la chorégraphie, les éclairages… cela n’avait rien de très magique et apparaissait comme un peu poussiéreux. Heureusement les solistes (Anna Nikulina en reine des Dryades, Anastasia Stashkevich en Cupidon et toujours Ekaterina Shipulina en Dulcinée) étaient là et ont réussies à emporter l’adhésion du public avec de très belles variations.

 

Copie-de-P1030361.JPG

 

Je n’ai pas parlé du passage chez les gitans qui valait surtout pour le numéro du tonnerre d’Anastasia Meskova. Ce passage arrive un peu comme un cheveu sur la soupe, rallonge l’acte 2 et coupe un peu la narration. C’est dommage. Bien évidemment son utilité est de rapprocher Don Quichotte de ses fameux moulins à vent mais quelques minutes en moins ne m’auraient pas manquées !

 

L’acte 3 est celui des grandes démonstrations techniques avec le grand pas de deux des futurs mariés. Les deux solistes nous ont offerts une prestation au top permettant de conclure la soirée en beauté.

 

Copie-de-P1030370.JPG

 

Au final, je regrette vraiment de ne pas avoir pu assister à plus de représentations car cette découverte de la troupe était tout ce qu’il y a de plus plaisante. J’aurais aimé voir d’autres solistes, peut être découvrir Flammes de Paris (même si l’on n’en dit pas que du bien)… Une prochaine fois j’espère !

 

Maintenant place au gala des étoiles pour le Japon au Palais des congrès. Le programme est des plus alléchant et fera l’objet d’un article très bientôt.

 

Les distributions de Rain sont également sorties… dans l’indifférence générale et la mienne en particulier ! Je me suis fait le pari cette année de faire une saison complète à l’Opéra de Paris donc j’irai certainement le voir… Je pense qu’il ne sera pas difficile de trouver des places de toute façon !

 

On se dit donc à très vite et promis cette fois je m’y tiens !!

Partager cet article

Repost 0
Published by danse-opera.over-blog.com - dans Ballets hors opéra
commenter cet article

commentaires

Amélie 26/05/2011 15:38


Je partage en tout point ton enthousiasme ! ça fait du bien un spectacle brillant comme ça.

Et en passant, j'adore l'anecdote du tag avec le téléphone portable !


Elendae 20/05/2011 14:59


Oui effectivement c'est presque difficile de parvenir à s'intéresser de nouveau à notre troupe nationale, surtout que le ballet à venir me paraît un peu aride...Pareil pour moi j'ai prévu de voir
tous les ballets de cette saison, mais Rain, je sens que je vais m'ennuyer...j'aurais bien plutôt repris un petit rab' de Bolshoï ! :-)


danse-opera.over-blog.com 20/05/2011 17:18



Oui après le classique flanboyant difficile de revenir à du contemporain, même si on n'est jamais à l'abris d'un bonne surprise. Surtout avec les distributions prévues. Même si (je très faible)
j'aurais bien aimé voir une ou deux étoiles!



Présentation

  • : danse-opera
  • danse-opera
  • : Bonjour et bienvenue à tous. Ce blog est la continuité du skyblog danse-opera. Outre toutes les archives de comptes rendus déjà produits, vous y trouverez des critiques ou articles liés à la danse et en particuliers aux ballets de l'Opéra de Paris. Bonne visite!
  • Contact

Twitter

Recherche

Catégories