Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juillet 2015 4 09 /07 /juillet /2015 11:54
La fille mal gardée (Guérineau/Révillon et Galloni/Heymann)

La fille mal gardée est souvent l’occasion à l’Opéra de Paris de tester de jeunes danseurs sur des rôles principaux. On l’oublie peut être mais à l’entrée au répertoire du ballet, c’est Mathias Heymann, tout juste sujet, qui faisait office de jeune débutant.

Cette année, deux sujets féminines et une coryphée faisaient leurs débuts dans le rôle de Lise : Eleonore Guérineau, Letizia Galloni et Marine Ganio. Pour les trois, il s’agissait également d’une première dans un rôle principal.

J’ai eu l’opportunité de voir les couples Guérineau/Révillon et Galloni/Heymann. Deux distributions très différentes mais intéressantes.

Eleonore Guérineau a fait une entrée fracassante dans le monde des solistes. On a l’impression qu’elle a fait ça toute sa vie. Sa technique est éblouissante avec en particulier, des sauts très impressionnants. Ses variations et coda du premier acte ont fait partie des plus grands moments de la soirée (et de la série). Légère, fine, son personnage est juste avec une pantomime claire et une joie évidente de danser.

La pantomime du 2e acte m’a particulièrement touchée. On la ressentait du fin fond de la salle.

Bravo à Eleonore pour cette si belle prestation. En espérant qu’elle ait à l’avenir l’opportunité de danser toujours plus de rôles de soliste car elle est faite pour ça.

Dommage en revanche que son partenaire se soit montré un peu timide. Fabien Révillon est pourtant un danseur très sûr et enthousiasmant. Je me rappelle encore avec bonheur de son Lenski… Peut être impressionné par l’enjeu il s’est montré trop discret.

Autre distribution et autre dynamique. Dans la paire Galloni/Heymann, Laetizia Galloni campe une Lise charmante, un peu peste sur les bords et très vive. Elle a tout de même été un peu écrasée par un Mathias Heymann flamboyant, au meilleur de sa forme.

Difficile de trouver à chaque fois les mots pour décrire ses prestations tant l’étoile semble survoler tout ce qu’il danse avec un style et une aisance déconcertante. Ceux qui l’ont vu dans ses premières représentations sur ce ballet voient également à quel point il a prit en maturité ces dernières années. Un bonheur !

On sentait plus chez Letizia Galloni le poids de la première représentation que chez Eléonore Guérineau qui avait déjà un jeu très mûr et un sens de la scène.

Mais gageons qu’avec ces beaux débuts, Letizia obtiendra de nouveaux rôles qui lui permettront de briller encore plus.

Je serai à sa 2e de la Fille samedi, et ai déjà hâte de voir comment elle aura évolué.

Deux distributions et deux nouveaux Alain et Mère Simone à découvrir. Impossible de départager Aurélie Houette et Yann Saïz dans le rôle de la reine de la danse des sabots. Chacun apporte quelque chose de personnel au personnage et ils sont tous deux très drôles !

Du côté d’Alain en revanche mon gros coup de cœur va à Antoine Kirscher surprenant de maturité. Il a tout compris au personnage et n’a pas oublié le côté touchant du personnage.

Enfin le corps de ballet est toujours aussi en forme et semble réellement s’amuser. Une bonne humeur qui rejailli dans le public jamais avare d’applaudissement et de rires.

Photo du bas : Dansomanie

La fille mal gardée (Guérineau/Révillon et Galloni/Heymann)

Partager cet article

Repost 0
Published by danse-opera.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Danse kizomba 14/07/2015 06:27

Oui bel article.

Casimir 09/07/2015 12:19

Bel article, on ressent votre enthousiasme et celui des danseurs.

*Letizia, sans a.

Présentation

  • : danse-opera
  • danse-opera
  • : Bonjour et bienvenue à tous. Ce blog est la continuité du skyblog danse-opera. Outre toutes les archives de comptes rendus déjà produits, vous y trouverez des critiques ou articles liés à la danse et en particuliers aux ballets de l'Opéra de Paris. Bonne visite!
  • Contact

Twitter

Recherche

Catégories