Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 09:41
Le Lac des cygnes (Bourdon/ Hoffalt/ Lorieux)

Le lac des cygnes se fait trop rare à l’Opéra de Paris. Déjà 4 ans depuis la dernière reprise. À l’époque toutes les étoiles c’était faites porter pâles et Emilie Cozette avait récupéré la moitié des représentations. Cette année, le même phénomène est en train de s’observer sauf que cette fois c’est la sujet Héloïse Bourdon qui hérite des dates. On ne s’en plaindra pas !

L’Opéra de Paris possède une très belle version du lac pour ce qui est des actes blancs. Et en particulier un quatrième acte superbe, plein de mélancolie dans la danse des cygnes et avec un climax dramatique et prenant.

Les actes de cour paraissent toujours un peu longuets. À l’acte 1 les robes des demoiselles ont été changées et ce n’est pas du plus bel effet. C’était toutefois ma première représentation de la série aussi les petites longueurs ne m’ont pas du tout gênées. On en reparle en fin de série !

C’était hier Josua Hoffalt qui prêtait ses traits à Siegfried et ce fût une véritable réussite. Depuis un an l’étoile monte en puissance et s’affirme. Interprète inspiré il a offert au public un jeune prince très subtile et juste. On sentait tour à tour l’ennui, l’indécision, l’amour… Le tout était doublé d’une technique sans faute et vraiment plaisante à voir avec des sauts qui décollent (même depuis le 2e balcon), des réceptions nettes et de manière générale une aisance que l’on voit pas si souvent que cela sur les scènes parisiennes. Cela fait plaisir de voir des étoiles vraiment assurer.

À ses côtés le sujet Florimond Lorieux enfilait la cape de Rothbart. Je ne connaissais le danseur que via les concours de promotion et le voir dans un vrai rôle fût une très agréable surprise. Florimond est extrêmement charismatique et impose une présence forte et pesante sur l’ensemble du ballet. Un vrai investissement et une belle réflexion sur son personnage lui donne tout ce que l’on peut attendre de Rothbart.

À l’acte 2, arrive enfin Héloïse Bourdon dans le tutu d’Odette. On s’en doutait à la voir en concours ou galas, la jeune femme est faite pour danser le Lac. Et pourtant elle arrive à s’y révéler surprenante. Son cygne blanc est fragile, méfiant, mais la jeune sujet arrive à y apporter de nombreuses nuances que l’on ne lui soupçonnait pas. Comme pour ses deux partenaires masculins, le premier mot qui vient lorsque l’on pense à son interprétation est « juste ». Tout est intelligent, naturel et suffisamment fort pour susciter l’émotion.

Les trois danseurs étaient de plus au diapason. Le trio est très équilibré et chacun brille tout en mettant l’autre en valeur.

Le pas de trois du cygne noir représentait à ce titre le feu d’artifice de la soirée avec une débauche de très belle technique et un investissement évident. Les danseurs prenaient du plaisir et en donnaient énormément en retour.

Héloïse s’est montrée royale en Odile et a littéralement vampé l’assistance. À coup de regards charmeurs et d’équilibres à n’en plus finir elle a fait chavirer ses fans, le public en général et le cœur du prince.

Le ballet se conclu donc avec ce si bel acte 4, si bien construit qui donne une magnifique partition au corps de ballet féminin. Encore une fois, le trio principal c’est montré brillant offrant à ce final toute la grandeur qu’il mérite.

Un petit mot également sur les seconds rôles. Hannah O’Neill était lumineuse dans le pas de trois et on attend avec impatience sa prise de rôle en Odette/Odile. Hugo Marchand montre beaucoup de personnalité et j’espère avoir l’occasion de le voir très vite dans un rôle de premier plan (ayant raté son Casse-Noisette). Enfin les quatre petits cygnes ont remporté un beau succès mérité.

Pour conclure, nous avions droit hier à une distribution idéale pour ce lac avec des interprètes qui ont réussi à nous faire rêver au milieu de cette série un peu terne pleine de blessures et de changements. Le couple Hoffalt/Bourdon est hyper assorti. J’espère que la direction l’aura noté et pensera à les rassembler plus souvent.

Enfin, dans quelques semaine Héloïse Bourdon retournera dans le corps de ballet ce qui est tout de même assez incompréhensible après de telles prestations. L’illustration parfaite du « pourquoi le concours de promotion n’est pas adapté à la classe des sujets ».

Le Lac des cygnes (Bourdon/ Hoffalt/ Lorieux)
Le Lac des cygnes (Bourdon/ Hoffalt/ Lorieux)

Partager cet article

Repost 0
Published by danse-opera.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Hélène 12/04/2015 03:07

Retrouvez l'actualité d'Héloise Bourdon sur sa page facebook
https://www.facebook.com/pages/H%C3%A9lo%C3%AFse-Bourdon/1554233328176133?fref=ts

Faust 05/04/2015 14:55

Bourdon/ Hoffalt c'était vraiment le couple à ne pas rater sur cette série du Lac. Des danseurs de sang royaux. Absolument phénoménal. Je comprends les critiques dithyrambiques qui n'arrêtent pas de sortir à leur propos, moi même j'y suis allé le 19 et j'y pense encore.

danse.opera 10/04/2015 10:46

Oui je les ai vu 2 fois (pas la peine de faire un deuxième article) et cela reste à chaque fois un grand souvenir.

Vjeko 04/04/2015 16:23

Ayant intimement fréquenté Rudy je peux vous affirmer, sans offenser sa mémoire, que l'interprétation de la jeune danseuse Héloïse Bourdon l'aurait enthousiasmé et qu'il serait parti dans des délires fous. Il y a des années que je ne suis pas retourné à l'opéra et je voulais voir ce qu'il restait de la transmission. Je suis encore dans l'éblouissement total de cette interprétation de Odette Odile par Mademoiselle Bourdon qui offre ce que personne ne peut apprendre aussi bon danseur soit il : de l'impalpable, du rêve, du minéral, du céleste, de l'immatérialité, de la poésie, de l'indéfinissable,du frémissement, bref, ce supplément d'âme qu'ont les danseuses bénies des dieux et que Rudy savait reconnaitre en un regard pour les propulser au firmament.

Pandora de Luxe 03/04/2015 01:49

Soirée du 2 Avril Mademoiselle Bourdon s'est hissée ce soir au rang des plus grandes interprètes du Lac de Cygnes que l'Onp ait produit depuis très longtemps Son Odette Odile a atteint le sublime
Elle est incomparable dans ce rôle qui fait d'elle une étoile à part entière .Peu importe le titre, elle s'est sacrée toute seule avec la complicité du public. Quelle jeune femme magistrale.

Victoria 31/03/2015 00:04

La danseuse Héloïse Bourdon qui n'est encore que Sujet vient d'être gratifiée d'une date supplémentaire le 2 avril et choisie en remplacement de la danseuse Etoile Emilie Cozette. Elle prouve ainsi après avoir fait un triomphe sur cette série qu'elle est bien légitime et à sa place dans ce rôle où elle s'est imposée dans la Compagnie comme une évidence, en faisant éclater un talent hors du commun au delà des espérances de la direction. Chapeau l'artiste !

Présentation

  • : danse-opera
  • danse-opera
  • : Bonjour et bienvenue à tous. Ce blog est la continuité du skyblog danse-opera. Outre toutes les archives de comptes rendus déjà produits, vous y trouverez des critiques ou articles liés à la danse et en particuliers aux ballets de l'Opéra de Paris. Bonne visite!
  • Contact

Twitter

Recherche

Catégories